Archives d’Auteur: lafermeduchaillois

Apres le petit, le grand

Par défaut

Bonsoir à tous,

Nous nous retrouvons mercredi pour la distribution de farine. Ce mois ci dans le contrat tour de meule, vous aurez du grand épeautre type 80. Le grand épeautre est une céréale cousine du blé cultivée depuis le moyen âge. Abandonné par l’agriculture conventionnelle pour son rendement plus faible que le blé, le grand épeautre convient bien aux cultures bio car il est naturellement résistant aux maladies et n’est pas très gourmand en azote.

Côté nutritionnel vous allez encore régaler votre corps : C’est simple, il renferme tous les sels minéraux et particulièrement du magnésium, les 8 acides aminés essentiels et est plus digeste que le blé. Si avec ça vous n’êtes pas beau sur la plage cet été je ne sais plus quoi faire !

En cuisine, pas de conseils particuliers vous pouvez l’utiliser comme de la farine de blé. Il convient très bien aux pâtisseries et cette variété est aussi assez facilement panifiable.

Dans les champs, nous entrons dans la dernière ligne droite avant la moisson. Quelques photos prisent sur le vif :

 

20170529_094724-EFFECTS

Les coquelicots se plaisent bien dans le blé !

 

20170612_100141

les lentilles fleurissent

A mercredi !

G.A.F

 

 

 

7500 ans avant JC…

Par défaut

Bonjour à tous,

Dans le contrat tour de meule ce mois ci, vous découvrirez la farine de Petit épeautre. Appelée aussi Engrain, cette graminée est cultivée depuis 7500 ans avant JC et n’a jamais intéressée les généticiens et les grands semenciers, nous sommes donc en présence d’une relique digne d’un bon Indiana Jones ! Nous semons le petit épeautre à l’automne au même moment que le blé pour une récolte plutôt en fin de moisson. C’est une céréale à faible rendement mais qui arrive à tirer son épingle du jeu dans des terres pauvres.

PetitEpeautre02

Côté meunerie, la farine de petit épeautre n’est pas une mince affaire car il faut dans un premier temps décortiquer le grain, comme pour les grands épeautre, avec la difficulté supplémentaire liée à la petite taille des grains, c’est donc une tâche très chronophage…

brut_et_decortique_dans_les_mains1web-120c9

En revanche, ça vaut le coup d’être patient car le goût et la douceur du petit épeautre est très agréable en bouche. Personnellement, je l’utilise principalement pour réaliser des sauces béchamel, des crêpes et des gâteaux. Sa très faible teneur en gluten rend assez difficile la réalisation de pains. Pour les pâtes à tarte, le goût et la texture est très agréable, il faut juste doser l’eau avec parcimonie car ça « colle » très vite. Bref, vous allez vous faire peur au début mais vous allez vous régaler, vous me raconterez !

Sinon, pour faire suite à l’article du mois dernier quelques photos de l’évolution :

En 1 mois les blés ont pris environ 15 cm et nous trouvons maintenant facilement l’épis dans la tige. Les cultures on souffert du manque d’eau et souffrent d’un manque d’azote. Pour nous ce n’est pas la très grosse inquiétude car nous préférons perdre un peu de rendement à cause de cette carence mais avoir une bonne assise protéique pour la panification de la farine. Par contre, on ne cracherait pas sur un petit coup de pouce météorologique… On verra si la météo de mai fait ce qu’il nous plaît !

A mercredi,

G.A.F

Mercredi c’est farine !

Par défaut

Bonjour à tous,

Ce mois ci, dans le contrat tour de meule, un classique : La farine de blé Type 80.

La mouture T80 est sans doute la plus intéressante d’un point de vue nutritif / digestion : Pas trop raffinée, elle conserve une grande partie des nutriments sans être trop abrasive pour notre appareil digestif puisqu’elle est débarrassée d’une partie du son.

Coté cuisine, vous pouvez tout faire avec cette farine : gâteaux, crêpes, et pour ceux qui ont envie de se lancer dans la confection du pain, cela vous fera un pain type pain de campagne.

Dans les champs le printemps est bien là ! Nous avons semé notre blé de printemps (photo ci dessous) début mars puis les féveroles et les lentilles la semaine dernières.

ble de printemps

Pour la partie encore en conventionnel de la ferme, nous avons semé l’orge de printemps et les betteraves sucrières. En parallèle, nous avons désherbé mécaniquement avec notre bineuse (au 1er plan de la photo) et notre herse étrilles (au 2e plan) les blés semés a l’automne et les épeautres.

Sur ces dernières cultures, à ce stade les épis commencent tout juste à se former et à monter dans la plante… Affaire à suivre !

Bref, jusqu’ici tout va bien et si la météo reste clémente avec nous tout va pousser très vite !

A mercredi,

G.A.F

 

Distribution de farine

Par défaut

Amis de la paysannerie,

Pour cette première distribution du nouveau contrat farine, j’ai choisi de vous faire (re)découvrir la farine  de sarrasin.

Le sarrasin késako ???

Le sarrasin n’est pas une céréale comme peut l’être le blé ou l’épeautre (ne me demandez pas pourquoi on appelle ça du blé noir !). Il fait partie de la famille des polygonacées (comme la rhubarbe par exemple). Le cycle de la plante est  court, nous le semons au printemps pour une récolte à l’automne. Pour nous c’est une culture intéressante dans la rotation des parcelles par son aspect couvrant qui étouffe les vivaces et aussi car il rompt les cycles des parasites et adventices. On attend généralement que le sarrasin « gèle de peur » dixit mon papa pour le récolter. C’est une plante très gélive, qui se stoppe dés les premiers froids. Sans le froid pour l’arrêter, comme on peut le voir sur la photo, une plante peut avoir différents stade échelonnés : des fleurs et des grains à maturité… Le meilleurs moment pour la récolte n’est donc jamais évident à déterminer.

sarrasin

Bon et qu’est ce qu’on en fait de la farine ?!?

Déjà, le sarrasin c’est super bon pour la santé : Ca apporte plein d’acides aminées,  d’antioxydants, de cuivre, de magnésium,… Bon je vous déconseille la petite cuillère de farine au petit dej quand même, ca peut rendre aigri pour la journée.

En revanche, vous pouvez vous faire des super galettes, c’est vachement plus digeste que les crêpes et ca fait pas de grumeaux dans la pâte.

La recette facile :

330 g de farine + 75cl d’eau + 10g de sel + 1 œuf (les puristes n’en mettent pas… mais moi je trouve que ca donne une jolie couleur a la cuisson). Le secret pour pas que ca colle dans la poêle : Il faut qu’elle soit très chaude.

Sinon, c’est une farine qui se mélange bien avec d’autres, vous pouvez par exemple en mettre environ 20% dans vos pâte à tarte et même monter jusqu’à 50% dans vos recettes de petits sablés (à ajuster selon les goûts). Je crois même que votre référente farine a une super recette de blinis…

Bon appétit !