Archives de Catégorie: Produits

Informations sur les produits qui enrichissent nos paniers

Salade de topinambours et trévise

Par défaut

salade topi trevise

 

Idée repas découverte dans un livre de recettes suggérées par Paul Bocuse, si, si, c’est très chic. Intitulé de la recette: Salade de topinambours et trévise aux échalotes confites. Voici ce dont vous aurez besoin pour 4 personnes.

  • 6 topinambours
  • 2 chicorées de Trévise
  • 4 échalotes moyennes
  • 150 g de parmesan
  • huile d’olive
  • vinaigre
  • câpres
  • poivre

Éplucher les topinambours, les rincer et les découper en fines tranches.

Les faire revenir 7 minutes à feu moyen dans 3 cuillères à soupe d’huile, en les remuant régulièrement jusqu’à ce qu’elles soient colorées et cuites. Réserver.

Préparer et hacher grossièrement les échalotes puis les faire revenir 5 minutes à feu doux dans 4 cuillères à soupe d’huile d’olive. Ajouter le vinaigre et prolonger la cuisson encore 5 minutes.

Laver et disposer les feuilles de trévise autour de chaque assiette. Placer des lamelles de topinambours au centre avec, par-dessus, 1 cuillère à soupe de câpres et quelques lamelles de parmesan (prélevées à l’épluche-légumes).

Répartir les échalotes au centre de chaque assiette. Poivrer.

Terminer par un filet d’huile d’olive sur les feuilles de salade et servir.

Comme nous n’avions plus d’échalotes ce jour-là nous avons cuisiné des oignons rouges, le résultat est très bon également.

Navet boule d’or

Par défaut
Navet Boule d'Or

Navet Boule d’Or

Apparemment, ce navet crée plus d’un problème aux amapiens. Si on en sait un peu plus, probablement on pourra le maîtriser un peu mieux ; d’abord quelques infos générales, et puis on demandera à une autre Amap des astuces : Lire la suite

Chou chinois ou Pé-Tsaï

Par défaut
chou chinois

chou chinois

Un peu d’histoire : Feuilles ou nervures très claires valent à ces deux légumes leur nom qui signifie pour tous deux « légume blanc« , le Pé-Tsaï en pékinois, le Pack-choï, en cantonnais. Tous deux sont en effet originaires de Chine où ils sont consommés depuis fort longtemps mais où ils ne font l’objet d’une culture que depuis le 10ème siècle. Introduits en Europe dès le 18ème siècle, toutes les tentatives d’acclimatation des choux chinois échouèrent jusqu’à ce qu’en 1904, M. Curé, ingénieux maraîcher parisien, découvre, après plusieurs essais, comment cultiver ces légumes.

Lire la suite

Navet

Par défaut
navets à col violet

navets à col violet

Le Navet est un des légumes les plus anciennement cultivés en Île-de-France. On le retrouve dans de nombreux plats au Moyen-Age, puisqu’il devance la Pomme de terre ou encore le Haricot, qui apparaissent plus tardivement.
De la famille des Brassicacées, le navet se décline en de nombreuses variétés et tout autant de saveurs différentes. On distingue cependant deux familles dominantes : la rate, grosse et jaunâtre, et le navet rond, petit, blanc et savoureux.
Le navet rond offre deux variétés :
Soit sèche : chair fine, serrée, de bonne tenue à la cuisson ;
Soit tendre : chair aqueuse, goût moins fin, plus facilement cultivable.

La culture du navet en Île-de-France s’attache à une production à forte valeur gustative. Le milieu cultural garde une certaine importance pour sa production ; le navet se plaît dans un sol frais. Et puisqu’il existe des variétés d’été et d’hiver, il est possible de le trouver sur les étals des primeurs une grande partie de l’année.

Le navet ne se replante pas, ce qui signifie qu’une fois le semis planté, le cultivateur doit s’assurer de son arrosage régulier et d’un sol riche en compost, pour une récolte deux mois plus tard.
En bouche, le navet est à la fois ferme et dense. Le goût est assez délicat et marqué par une pointe de piquant en fin de bouche. 

d’après Mangeonslocal

Tomates anciennes

Par défaut
tomates anciennes

tomates anciennes

La tomate, depuis son arrivée des vallées andines grâce aux conquistadores, nous en fait voir de toutes les couleurs. Jaune, orange, verte, rouge, noire blanche, rose, bariolée, zébrée, tâchée… Elle peut prendre aussi différentes formes allant de l’allongée, à la biscornue, en passant par l’ovale et la ronde charnue… Tout un poème qu’il est grand temps de ré-apprendre par coeur.

Ainsi depuis quelques temps, les étals des marchands et des cultivateurs se voient repeuplés de tomates aux noms annonciateurs de saveurs inexploitées. La Rose de Berne en est un bon exemple. Encensée par les amateurs pour son goût si doux et parfumé, c’est une tomate très juteuse dont les pieds sont réputés prolifiques. D’une taille normale à grosse, la tomate Rose de Berne se sait assez précoce à la production, et aussi très régulière si semée en avril et plantée en pleine terre au mois de juin.
Ananas
La tomate  » Ananas  » est également en passe de devenir une reine dans sa catégorie. Elle est en effet la plus grosse des tomates oranges et offre aux gourmands une saveur douce et acidulée. C’est une variété assez tardive de plein été (90 jours) qui impressionne toujours les convives lorsqu’elle est servie en grosses tranches. Il existe plusieurs variétés de tomates de type  » ananas « . Elles varient légèrement en saveur les unes des autres, mais toutes ont ce point commun de produire des fruits atteignant régulièrement les 700 grammes.

La Noire de Crimée, est aussi l’une des plus connues grâce à son étrange couleur noir-bordeaux, virant au vert. La chair est sombre et la tomate ronde. Elle est très appréciée des enfants pour son absence d’acidité et sa faible quantité de pépins. C’est cependant un fruit délicat plus sensible à l’éclatement que ses congénères et qui est assez précoce à la récolte. Chaque pied peut produire près de 4 kg!

Il est certaines tomates que l’on n’oubliera pas de sitôt, une fois re-découvertes. Le Téton de Venus est de celles-ci. Pour deux raisons. Sa chair est dense et ses graines peu nombreuses, ce qui reste un point fort pour la dégustation. Mais c’est surtout sa forme ronde terminée par un petit téton qui en fait une des variétés les plus extraordinaires d’aspect. Les fruits produits par ce pied sont assez réguliers et pèsent entre 200 et 300 grammes.

Parmi les tomates les plus sucrées, celles de petites tailles remportent souvent la palme. C’est le cas de la White Rabbit, une tomate cerise blanc-crème à jaune dont la saveur très sucrée et prononcée restera sans aucun doute dans les annales culinaires. De plus, cette variété a une production très abondante qui ne prend fin qu’aux premières gelées.

Dans la catégorie des minis, il ne faut pas non plus oublier la tomate « Orange bourgoin« . Cette  petite tomate orangée de la taille d’une balle de ping pong séduit les amateurs qui recommandent son utilisation en confiture (350g de fruits par pot). Très productive, très parfumée et sucrée selon les gourmands, elle peut atteindre 2 mètres de hauteur !

Quant à la plus parfaite des tomates, tout droit sortie des magazines, elle est incarnée par la « Sophie’s choice« . Une tomate de taille normale (100g), ronde à souhait qui une fois découpée laisse apparaître en son centre une petite croix aux dimensions idéales. Pas une ride, presque insensible à l’éclatement, elle pourrait très bien faire partie des étals de supermarchés avec leurs fruits calibrés. Sauf que… Son goût est bien plus intéressant. Sucré, acidulé, restant longtemps en bouche… Enfin, sa chair est juteuse et son pied très résistant aux maladies.

D’après gerbeaud.com